LA LETTRE DE LA CITOYENNETE

Nationalité, droit de vote des résidents étrangers


20F 5° année -N°26 - MARS - AVRIL - 1997 
ITALIE

Le gouvernement Prodi s'est fixé comme objectif de remplir au plus vite les conditions nécessaires pour entrer dans l'espace Schengen. Sous l'impulsion du ministre de l'Intérieur, l'ancien dirigeant communiste réformateur Giorgi Napolitano, vient de franchir plusieurs étapes. Il a d'abord régularisé la situation de 230 000 étrangers en situation irrégulière afin de repartir sur des bases assainies, puis il a adopté, le 14 février, un projet de loi visant à organiser l'immigration. Le texte respecte un équilibre entre les dispositions libérales qui doivent permettre de contrôler les flux migratoires et de faciliter l'intégration des étrangers et des mesures plus sévères à l'encontre des clandestins. Il prévoit ainsi le droit de voter et d'être élu aux scrutins locaux pour les étrangers officiellement en Italie depuis 6 ans au moins. Ils n'auront cependant pas le droit d'être maire, fonction pour laquelle il faut être citoyen italien.


Voir aussi Lettre n°25 : ITALIE
Lettre de la Citoyenneté : SOMMAIRE
Retour à la présentation : LETTRE DE LA CITOYENNETE
Retour à la page : ACCUEIL