4€  17° année - n° 99 MAI - JUIN  2009


France : les élus issus de l’immigration dans les conseils municipaux (2001-2008)
 
 

A la demande du Haut Conseil à l’Intégration, Jean-François Amadieu, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, a étudié l’origine géographique des 35 070 élus du 16 mars 2008 dans les communes de plus de 9 000 habitants (973 en 2008). Il les a comparés aux 35 070 élus du 18 mars 2001 dans les communes de plus de 9 000 habitants (947 en 2001).

Pour mesurer la diversité des élus, J-F Amadieu utilise une méthode patronymique, l’analyse

des origines géographiques des prénoms et des noms. Plus précisément, l’étude porte d’abord

sur le prénom, puis sur le nom, et après une vérification sur les registres de naissance de l’IN-

SEE, les données sont croisées et aboutissent à un classement en trois catégories géographi-

ques : France ; Europe hors France ; Afrique-Moyen-Orient-Asie. En cas de doute, la personne est classée dans une catégorie " inconnu ". L’utilisation des patronymes pour reconstituer des flux migratoires a déjà été faite par différents chercheurs en France et à l’étranger avec d’excellents résultats. Une des méthodes consiste à comparer la fréquence d’existence d’un nom dans une zone géographique avec la fréquence théorique attendue, compte tenu des évolutions démographiques moyennes.

Il ne s’agit donc pas de déterminer avec certitude l’origine exacte de chacune des personnes de l’échantillon mais de mesurer la proportion de celles qui sont issues des vagues migratoires

récentes les ayant concerné elles mêmes ou leurs parents.

Le pourcentage d’élus issus de l’immigration a plus que doublé entre 2001 et 2008.

1 070 élus issus de l’immigration extra européenne, 3,18%, en 2001.

2 343 élus, 6,68%, en 2008

Les régions réunissant le plus grand nombre d’élus correspondent aux régions de forte immigration : en 2008, 1 032 élus en Ile de France, 231 en Rhône-Alpes, 146 dans le Nord-Pas-de-Calais, 143 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. En pourcentage, avec 10,84%, l’Ile de France est nettement au dessus de la moyenne nationale.

Entre 2001 et 2008, la progression concerne pratiquement toutes les régions, y compris celles ayant peu d’élus issus de l’immigration : le Limousin passe de 1 à 9 élus ; Poitou-Charentes passe de 4 à 24 élus.

En dehors des départements d’Ile de France qui regroupent près de la moitié du total des élus de la diversité, le Nord et le Rhône sont les départements ayant le plus de ces élus.

Deux tiers des élus issus de l’immigration l’ont été sur des listes étiquetées à gauche. Les élus étiquetés PS ou PRG sont 682, les divers gauche 656, les divers droite 430, les élus UMP ou nouveau Centre 204, les élus du PC 69, les Verts-Ecologistes 66.

A remarquer qu’entre 2001 et 2008, la part des élus provenant d’Europe hors France a légèrement diminué, passant de 12,52% à 11,92%.

Adjoints et Maires

Le nombre de maires issus de l’immigration extra européenne est très faible : 1 sur près de 1000 maires en 2001, 4 en 2008.

Le nombre et la proportion d’adjoints sont beaucoup plus importants : 160, 1,93% des 8 293 adjoints concernés en 2001 ; 495, 5,16%, en 2008. En ce qui concerne l’immigration européenne, si les élus diminuent, l’accès aux responsabilités municipales augmentent : 107 maires en 2001, 120 en 2008 ; 973 adjoints en 2001, 1 062 en 2008.



 
Retour au sommaire de la LETTRE n° 99
Retour à la présentation : LETTRE
Retour à la page : ACCUEIL