4€  12° année - n° 69 MAI - JUIN 2004



France

* Élections régionales de mars

À la faveur des bons résultats des listes de l'ancienne gauche plurielle et des campagnes menées pour que des représentants des "minorités visibles" soient candidats à des places éligibles (voir La Lettre n°68), le nombre d'élus régionaux d'origine immigrée est nettement plus important que dans les conseils sortants : dix élus d'origine maghrébine dans la région Ile-de-France, quatre enfants de l'immigration récente dont une vice-présidente dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur...

Mais ce qui a surtout été remarqué, c'est le refus du président socialiste, sortant et réélu, de la région Ile-de-France d'accorder à Mouloud Aounit la vice-présidente qui lui était promise. Le secrétaire général du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) était tête de liste au premier tour de l'élection pour la "gauche populaire et citoyenne" en Seine-Saint-Denis où il a fait un score de 14,3 %. Élu au second tour, sa mise à l'écart de l'exécutif régional a fait l'objet de nombreuses protestations. Un collectif "contre le mépris du suffrage universel et pour l'égalité citoyenne" a organisé un rassemblement devant le conseil régional. Vincent Geisser conclut un article intitulé "Sois Beur et tais-toi !" par "Quand on est un Arabe et que l'on veut faire de la politique en France, l'on doit se comporter comme une créature exotique ou fermer sa gueule."

L'hebdomadaire Politis (n°795 du 1er avril 2004) relève que "du fait du mode de calcul de la répartition départementale des élus, qui prend en compte le nombre de votants et non plus la population concernée, plusieurs départements voient diminuer le nombre de leurs représentants au conseil régional, quand d'autres voient leur représentation augmenter. L'injustice la plus flagrante est observable en Ile-de-France : la Seine-Saint-Denis perd sept élus sur vingt-sept quand les Hauts-de-Seine passent de vingt-sept à vingt-huit sièges. Le système pénalise lourdement les départements qui accueillent un grand nombre d'étrangers. Une double peine, en somme."
 
 

* Agir ici

En partenariat avec la Cimade, le GISTI et la Ligue des droits de l'homme, Agir ici (104 rue Oberkampf 75011 Paris) lance une campagne pour une politique en faveur des droits des migrants. La citoyenneté européenne de résidence et la pétition du million font partie des objectifs de la mobilisation.
 
 

* Tous Parisiens, tous citoyens

Le premier numéro du journal du Conseil de la citoyenneté des Parisiens non-communautaires vient de paraître. On y trouve l'histoire et le fonctionnement du CCPNC, des données sur la population étrangère à Paris, l'évolution de la citoyenneté des étrangers en Europe, des portraits de membres du Conseil... Un colloque est organisé par le Conseil le 18 juin à Paris.


Voir aussi N° 68
Retour au sommaire de la LETTRE n° 69
Retour à la présentation : LETTRE
Retour à la page : ACCUEIL