25e année  N°150 NOVEMBRE –DECEMBRE  2017


France

Après un sondage sur le droit de vote des étrangers paru dans le n° 149 de la La Lettre, d’autres sondages réalisés en octobre donnent des résultats moins positifs mais les questions posées et les méthodologies sont différentes.

Un premier sondage réalisé sur Internet du 4 au 5 octobre pour Atlantico par BVA donne 45 % de favorables, 53 % d’opposés et 2 % qui ne répondent pas à la question : « Parmi ces différentes propositions de mesures ou de réforme des institutions, veuillez indiquer si vous seriez tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé, tout à fait opposé à ce qu’elles soient mises en oeuvre : ouvrir le droit de vote aux élections locales aux étrangers non européens résidant en France depuis au moins dix ans. »

Seuls 12 % des sympathisants du Front national et 14 % des sympathisants Les Républicains sont favorables ; à l’inverse, 74 % des sympathisants de la France insoumise, 77 % des sympathisants socialistes et 60 % des sympathisants de La République en marche (LREM) sont favorables.

Un deuxième sondage réalisé par Internet les 18 et 19 octobre pour les Maisons des potes par Harris Interactive donne 47 % de favorables et 53 % d’opposés à la question : « Permettre à tous les étrangers résidant depuis cinq ans en Europe de voter aux élections municipales et européennes, comme c’est le cas pour les étrangers originaires des pays de l’Union européenne » parmi différentes mesures envisageables pour lutter contre les discriminations liées à l’origine, la nationalité, la couleur de peau ou la religion. Les sympathisants de gauche ou de LREM, les personnes dont les deux parents n’avaient pas la nationalité française à leur naissance sont les plus favorables à la mesure.

À signaler également que dans le baromètre annuel IFOP pour L’Humanité « être de gauche aujourd’hui » réalisé par Internet du 8 au 12 septembre, un des marqueurs les plus distinctifs de la gauche et de la droite est la  réponse à la question : « Tous les étrangers résidant en France depuis plusieurs années devraient avoir le droit de vote aux élections municipales. » 64 % des personnes se positionnant à gauche sont d’accord contre 28 % de celles se positionnant à droite.

La section de Beauvais de la Ligue des droits de l’homme a organisé le 30 septembre une rencontre citoyenne autour du livre Le droit de vote des étrangers, une histoire de quarante ans, de Bernard Delemotte (édition Licorne).

Le collectif national « j’y suis, j’y vote » était représenté par Mohamed Ben Saïd, Pierre Gineste et l’auteur. Une réunion sur le même thème s’est tenue le 6 octobre à la Teinturerie dans le 20e arrondissement de Paris.

Le Conseil nantais pour la citoyenneté des étrangers (CNCE) a installé le 21 octobre son nouveau comité d’animation qui comprend une trentaine de membres de nationalité étrangère se réunissant une fois par mois. Pour Nathalie Blin, conseillère municipale à la citoyenneté des étrangers, « nous devons agir tous les jours pour vivre ensemble et que tous les citoyens nantais soient égaux, qu’ils aient le droit de vote ou non ».


Retour au sommaire de la LETTRE n° 150

Retour à la présentation : LETTRE

Retour à la page : ACCUEIL