4€ 19e année  N°110 MARS - AVRIL 2011

Espagne

Sur les 350 000 étrangers non ressortissants de l’Union européenne, concernés par les traités de réciprocité, 45 554 (13 %) se sont inscrits sur les listes électorales et pourront voter aux prochaines élections municipales. Les 52 organisations de la plate-forme « J’y vis, j’y vote » parlent de « désastre » à propos de la procédure administrative d’inscription : retards, délais insuffisants, manque d’informations... 

Des traités de réciprocité ont été signés avec la Bolivie, le Cap-Vert, le Chili, la Colombie, l’Equateur, l’Islande, la Norvège, le Paraguay, le Pérou et la Nouvelle-Zélande. La durée de résidence en Espagne pour voter est de 5 ans, à l’exception des Norvégiens pour lesquels le délai n’est que de 3 ans.
Des traités de réciprocité sont en cours de signature avec l’Argentine, le Burkina Faso, la Corée du Sud, Trinité et Tobago, l’Uruguay et le Venezuela. 
Par ailleurs, 459 299 étrangers ressortissants des autres pays de l’Union européenne vont pouvoir participer aux prochaines municipales. 
Les organisations de la plate-forme demandent d’ouvrir la participation politique à tous les résidents sans restriction : « Vous ne pouvez pas demander aux immigrés de s’intégrer, d’être responsables là où ils résident, puis leur refuser de participer aux décisions qui les touchent directement. » 

Voir aussi N° 107
Retour au sommaire de la LETTRE n°110
Retour à la présentation : LETTRE
Retour à la page : ACCUEIL