État des lieux du droit de vote des étrangers en France et en Europe

Échanges avec la salle

Pierre Gineste

 Ça fait quarante ans qu’on se bagarre dans le désert, et qu’on n’a pas de résultats. Alors on va me dire qu’on a des succès d’estime, puisque l’Assemblée nationale a voté une loi, que le Sénat a voté une loi, malheureusement ça n’a aucun effet puisqu’il faudrait que ce soit voté par le Congrès, c’est-à-dire l’ensemble du Parlement. Donc en 40 ans, on n’a eu aucune victoire. Soit dit en passant, je conseille à notre amie norvégienne d’émigrer en Espagne, car en Espagne, elle aura le droit de vote, pas de problème ! Et ça date des années 80-90 pour les Norvégiens.

 Vous avez dit qu’il y avait de moins en moins de participation aux élections de la part des étrangers non communautaires, mais il me semble que c’est vrai même dans les pays où il y a le droit de vote pour tous les étrangers.

Deuxièmement, il me semble aussi que les accords de réciprocité donnent le droit de vote à la majorité des étrangers, même s’ils ne l’utilisent pas. La majorité des étrangers non communautaires ont le droit de vote en Espagne, grâce à ces accords.

Le Maroc en 2011 a changé sa constitution, pour pouvoir donner le droit de vote par réciprocité. Et il me semble que c’est après des discussions avec l’Espagne que c’est arrivé, alors ou en est-on ?

Nathalie Demolling

Une question pour les pays où il y a le droit de vote, je pense à la Belgique, la Norvège. Je voudrais faire remarquer que le droit de vote des étrangers avait été mis plusieurs fois sur le tapis en France par les gouvernements socialistes. Moi j’ai quand même une idée du pourquoi on ne le fait pas ! Je pense que c’est se mettre une balle dans le pied, car beaucoup d’étrangers votent à droite ou voteraient à droite....

 Dans les pays où il y a le droit de vote pour les étrangers, est-ce que ça influence politiquement ?

Carlos Arce

 Il a été question de conclure un traité entre l’Espagne et le Maroc. Cela n’a pas été fait car on a beaucoup parlé de réciprocité. En faisant valoir que la réciprocité ne voulait pas seulement dire que chacun des Etats reconnaîtrait les mêmes droits aux ressortissants de l’autre. Mais qu’il faudrait aussi que la réciprocité s’applique à des pays qui sont des Etats de droits équivalents et que le Maroc ne peut pas être comparé à l’Espagne, car ça n’est pas une démocratie comme l’Espagne. Donc l’Espagne n’a pas conclu de traité avec le Maroc, il n’y a pas eu de volonté politique pour le faire. Juste un commentaire sur la deuxième question, les femmes ont eu le droit de vote en Espagne en 1931, et après les premières élections où les femmes ont eu le droit de vote et d’être candidates, il y a eu seulement deux députées femmes dans l’Assemblée nationale, Clara Campoamor et Victoria Kent. Clara Campoamor était une personne qui défendait le droit de vote pour les femmes. Victoria Kent, élue en tant que socialiste, s’est toujours opposée à ce que les femmes aient le droit de vote parce qu’elle disait que les femmes voteraient en fonction de ce que le curé ou leur mari leur diraient.

Mechthild Haugland

En Norvège, les étrangers votent plutôt à gauche, pour le parti travailliste.

 Henri Goldman

Sur le même point, que vaut l’argument, et, deuxièmement, est-ce que c’est vrai ? La gauche s’est beaucoup battue en Belgique contre le droit de vote des femmes, pour les mêmes raisons, parce qu’elles allaient voter comme leur curé. Après il fallait quand même que ça bascule, parce qu’il s’agit de sauver l’honneur de quelqu’un qui se prétend de gauche, et qui se battait contre l’égalité, donc elle a basculé. Et pendant un certain temps ça s’est confirmé. C’est vrai que l’accession à la citoyenneté, c’est une forme d’accession à l’économie, et à la possibilité d’échapper à ce conditionnement. Ça c’est sur l’argument.

Maintenant tout ce que l’on voit en Belgique infirme complètement ça, les étrangers votent en général comme leur classe sociale, et ça se ressent très clairement dans les communes. Dans les communes populaires on a des étrangers qui relèvent de la classe ouvrière, ils votent à gauche. J’habite dans d’une commune riche de Bruxelles, notre principal groupe d’étrangers ce sont des Français, c’est dans ce quartier-là que Bernard Arnaud a voulu s’expatrier quand il a voulu échapper au fisc Français, évidemment ces gens-là votent comme leur classe sociale, donc ils votent libéral droite, et je pense que c’est normal. C’est avec ce genre d’argument que l’on peut démonter les fantasmes, chez nous aussi à Bruxelles les étrangers de classe populaire sont de religion musulmane, et bien ça n’empêche pas qu’ils votent comme leur classe sociale pour les partis de gauche.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

        Précédente        

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               suivante